Gendarmerie

Les bonnes pratiques de l’Afrique de l’ouest en matière de genre dans le secteur de la sécurité

Organisée par le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA) et le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées (DCAF), en partenariat avec le Centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG), le Réseau des femmes du fleuve Mano pour la paix (REFMAP) et l’Alliance pour la migration, le leadership et le développement (AMLD), la conférence régionale de travail « La sécurité pour tous : Les bonnes pratiques de l’Afrique de l’Ouest en matière de genre dans le secteur de la sécurité » s’est tenue à Saly, au Sénégal, du 22 au 24 juin 2010. Ses objectifs étaient de partager et de documenter les enseignements tirés et les bonnes pratiques en matière d’intégration de la perspective du genre dans les processus de réforme du secteur de la sécurité (RSS) et dans les institutions du secteur de la sécurité (ISS), et de bâtir un réseau informel d’experts dans la région.

 

La conférence a rassemblé plus de 70 praticiens et chercheurs qui travaillent dans le domaine du genre ou du secteur de la sécurité, issus de pays d’Afrique de l’Ouest francophones, anglophones et lusophones, et qui représentaient entre autres les forces armées, les forces de police, le système pénitentiaire, le système judiciaire, la société civile, différents ministères, les Nations unies, ainsi que des organisations internationales et régionales. C’était la première fois que des experts de la région de la CEDEAO se rassemblaient pour échanger leurs expériences en matière d’intégration systématique de la dimension genre (« gender mainstreaming ») dans le secteur de la sécurité en Afrique de l’Ouest. Les discussions ont porté, entre autres, sur les meilleures pratiques pour répondre aux besoins spécifiques des femmes, des hommes, des garçons et des filles en matière de sécurité et de justice ; pour l’atteinte de la participation égale des femmes et des hommes dans les processus de contrôle et les processus décisionnels du secteur de la sécurité ; et pour la création d’un environnement de travail sain et non discriminatoire dans les institutions du secteur de la sécurité.

 

La conférence était structurée autour des thèmes suivants :

  1. Les examens du secteur de la sécurité centrés sur les questions de genre ;
  2. La prestation de services de sécurité et de justice aux femmes et aux hommes ;
  3. Le contrôle par la société civile : la collaboration entre les organisations de femmes, les mécanismes de promotion de l’égalité des sexes et les institutions du secteur de la sécurité ;
  4. La place du genre dans les politiques de sécurité ;
  5. Les mécanismes de contrôle interne ;
  6. Le recrutement, la rétention et l’avancement du personnel de sécurité féminin ;
  7. Les associations professionnelles de femmes dans le secteur de la sécurité ;
  8. La formation sur le genre.

Document (s): 

Rapport d’Évaluation du Secteur de la Sécurité en République de Guinée

En Guinée, le secteur de la sécurité se trouve dans un état inquiétant, en-dessous de toutes normes depuis plusieurs années : désorganisation des forces de défense et de sécurité, absence de contrôle 
civil, absence de moyens, système judiciaire dysfonctionnel, etc. Cette situation représente un danger pour la population civile. Après les événements de 2009, la Déclaration conjointe de Ouagadougou, 
signée le 15 janvier 2010, offre une opportunité et un cadre pour la nécessaire réforme du secteur de la sécurité (RSS). La réforme des armées et des forces de sécurité s’inscrit dans l’intérêt de celles-ci et 
plus largement dans l’intérêt de tous les Guinéens. La situation actuelle est très préoccupante. Elle est le produit des effets cumulés de plusieurs décennies de mauvaise gouvernance politique et en 
particulier du secteur de la sécurité. Les liens entre la population civile et les forces de défense et de sécurité sont à reconstruire. La période actuelle de transition politique mène aux élections du 27 juin 
2010 et ouvre d’autres chantiers refondateurs de l’État. Il est capital de prendre en compte ce contexte spécifique et de s’attacher à la réforme du secteur de la sécurité. L’appui de la communauté 
internationale doit soutenir un tel processus sur la base d’une approche nationale inclusive, concertée et coordonnée. 

Document (s): 

S'abonner à RSS - Gendarmerie