Actes - Actions de solidarités et de soutiens aux filles du Nigéria

  • GTFPS-AO

La ville de Chibok dans l’état de Borno, situé au Nord Est  du Nigeria  a été le théâtre le 14 Avril 2014 de l’enlèvement de plus de 200 filles âgées de 12 à 17 ans. Ces dernières ont été kidnappées en pleine nuit par des hommes armés habillés en soldat qui prétendaient être présents pour leur protection mais qui en réalité étaient des militants extrémistes. Ce crime inadmissible a été revendiqué par le Groupe Boko Haram. Après la diffusion d’une première vidéo dans laquelle les ravisseurs menaçaient de vendre les otages comme des épouses et de leur utilisation comme esclaves sexuelles à travers les frontières du Nigeria, un mouvement d’abord national puis régional, africain et mondial s’est soulevé pour exprimer une indignation et une révolte face  à un tel acte.  Dans une seconde vidéo diffusée le lundi 12 Mai,  les hommes armés ne font apparaître que la moitié des filles  enlevées laissant ainsi planer le doute sur le sort des autres filles; et demandent  en échange des otages que des prisonniers appartenant au  groupe terroriste soient libérés. A ce jour, une forte mobilisation globale notamment des milieux politique, académique et artistique à travers les médias et les réseaux sociaux œuvrent pour garder cette question au cœur de l’actualité afin que la pression soit telle que la libération des filles nigérianes soit effective.

Document (s): 

Actions de solidarités et de soutiens  aux filles du Nigéria